Ministère de la Justice
 
 

14 septembre 2011

Prévention du suicide en milieu carcéral

Communiqué de presse de Michel Michel Mercier, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés

Michel Mercier, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés,a présidé ce jour la réunion du comité de pilotage national sur la prévention du suicide en milieu carcéral.

 

Cette instance a présenté un bilan des mesures mises en place ces deux dernières années.

 

La prévention du suicide en milieu carcéral : une préoccupation majeure pour le ministère de la Justice et des Libertés

 

Le nombre de suicides en détention est une préoccupation majeure pour le ministère de la Justice et des Libertés.

 

En 2003, des premières actions ont été mises en place autour de 2 axes principaux :

- le repérage des comportements suicidaires avec notamment l’utilisation des premières grilles d’évaluation,

- la sensibilisation et la formation des personnels.

 

Le comité de pilotage national sur la prévention du suicide en milieu carcéral, présidé par le professeur Jean-Louis Terra, psychiatre, chef de service au centre hospitalier du Vinatier (69), a été institué après la mise en place de la circulaire du 15 juin 2009 relative au plan d’action préconisé par le rapport de la commission Albrand.

 

En 2009, les actions s’étendent :

- à la prévention  : le repérage, la formation et traitement des personnes détenues en quartier arrivants ou quartier disciplinaire,

- au travail pluridisciplinaire de la lutte contre le suicide : magistrat, médecin, pénitentiaire et famille,

- à la postvention  : l’accompagnement des familles et des personnels.

Des mesures très concrètes ont également été mises en œuvre comme :

- les dotations de protection d’urgence (couvertures et draps adaptées et vêtements jetables), et la cellule de protection d’urgence (spécialement aménagée)

- ou encore l’usage de la radio dans les quartiers disciplinaires et le soutien de co-détenusformés et volontaires.

 

Certaines d’entre elles ont déjà été généralisées, d’autres continuent à faire l’objet d‘une expérimentation.

 

Bilan du plan d’action

 

Le plan d’action a été mis en place au rythme prévu. Ses premiers résultats sont satisfaisants:

14 000 personnels pénitentiaires depuis 2004, dont 1 550 en 2011 ont été formés dans le cadre de leur formation initialeet 7 584 agents en 2010 formés dans le cadre de la formation continue ;

systématisation de l’utilisation de la grille d’évaluation du potentiel suicidaire lors de l’entretien d’accueil. Cette grille fait actuellement l’objet d’une actualisation ;

installation, dans chaque direction interrégionale des services pénitentiaires, d’une commission de prévention du suicide et du suivi des actes suicidaires se réunissant une fois par trimestre ;

mise en œuvre, dans 11 établissements déjà concernés par le suicide en détention, de groupe de parole pour les personnes détenues ;

- plus de 1 100 dotations de protection d’urgence ont été utilisées depuis 2009 ;

généralisation de la radio dans les quartiers disciplinaires dans tous les établissements pénitentiaires ;

expérimentation de co-détenus de soutien sur 3 sites. Cette expérimentation fait actuellement l’objet d’une évaluation.

 

Au 30 juin 2011, l’administration pénitentiaire comptait 58 suicides sous écrou, contre 61 en 2010 à la même date. Le nombre de tentatives de suicide recensées a, pour sa part, sensiblement baissé au 1er semestre 2011 (1018) par rapport au 1er semestre 2010 (1275).

 

Michel Mercier a encouragé ses services à poursuivre leurs efforts dans la mise en œuvre de ces mesures de prévention du suicide.

 

Il a été ainsi demandé l’extension de l’expérimentation des co-détenus de soutien à toutes les directions interrégionales pénitentiaires.

 
 
 
| Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Répertoire des informations publiques |