Ministère de la Justice
 
 

25 avril 2014

Contrainte pénale

Lu Vu Entendu

Christiane Taubira, garde des sceaux, ministre de la Justice

« (…) La réforme pénale concerne les délits, strictement les délits, et crée une contrainte pénale, c'est-à-dire une peine qui permet de suivre très précisément le condamné. (…)

Les personnels pénitentiaires disent eux-mêmes qu’ils sont choqués lorsqu’on incarcère une personne pour deux mois alors que la décision remonte à huit ans. (…) C’est une incarcération de deux mois parfois pour non-paiement de pension alimentaire. Nous devons protéger, mais est-ce que nous protégeons les femmes en incarcérant une personne pour deux mois huit ans après ? C'est-à-dire sans regarder si cette personne a un emploi, si elle a un logement, si nous n’allons pas casser une trajectoire de vie. Les surveillants pénitentiaires disent que c’est absurde. 

Nous voulons faire efficace parce que la centaine de lois pénales et de procédures pénales des dix dernières années ont introduit des injonctions contradictoires, ont mis de l’incohérence, ont cassé l’échelle des peines et donc ont donné de l’inefficacité ».

Europe 1

Vendredi 25 avril 2014

 

Pour aller plus loin sur le texte : découvrez ici l’espace dédié.

 

 

 

 
 
 
| Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Répertoire des informations publiques |